Qu’est-ce que le « dropshipping » ?

07 avril 2021

Le dropshipping est l’une des opportunités commerciales du e-commerce. Les nouvelles technologies ont non seulement révolutionné la logistique des entrepôts, mais elles ont également fait naître de nouvelles tendances de marché telles que le click and collect, le buy online and pick up in store, etc.

Parmi celles-ci, le dropshipping s’est imposé comme l’une des plus courantes ces dernières années. C’est ce que révèle une étude du cabinet américain de conseil e-commerce SaleFreaks, réalisée entre 2016 et 2018, qui estime à 146 % l’augmentation des ventes sur eBay par dropshipping.

Toutes ces nouvelles pratiques répondent à l’augmentation de la demande entraînée par le e-commerce. En effet, selon une étude rapportée par Forbes, le e-commerce générera, d’ici 2022, un chiffre d’affaires de plus de 6 milliards de dollars.

"Dropshipping" : quand vente et logistique ne vont pas de pair

Le dropshipping est une pratique e-commerce dans laquelle un intermédiaire (dropshipper) réalise une vente, mais n’expédie pas le produit. Ce processus de vente sans stock se fait donc par le biais d’un accord initial entre le revendeur et le grossiste, qui se chargera de tout le processus logistique (stockage, expédition, etc.).

Dans cette tendance e-commerce, il existe une symbiose entre l’intermédiaire et le détenteur de la marchandise, car ils se répartissent les étapes du processus de vente : le premier est chargé de réaliser la vente et le grossiste doit faire parvenir le produit au client final dans les délais, l’état et les conditions préalablement acceptés.

Mais comment cela fonctionne-t-il ? Les termes du contrat entre les deux parties naissent d’un accord initial dans lequel il est établi que le dropshipper est chargé de promouvoir le produit sur son site web, économisant ainsi les coûts de stockage et d’expédition de la marchandise.

Avantages et inconvénients du dropshipping

Le dropshipping est une forme de e-commerce qui repose sur la coordination entre l’intermédiaire et le grossiste afin que la chaîne de vente du produit soit réussie. Cette tendance de consommation présente de multiples avantages (et aussi des inconvénients) autant pour les grossistes que pour les dropshippers.

Pour le grossiste : les avantages

  • Le grossiste ne se préoccupe pas de la vente : l’entreprise peut concentrer ses efforts sur la garantie d’un service logistique dans les étapes les plus complexes et les plus coûteuses, comme le transport des marchandises ou la gestion du dernier kilomètre. ·
  • Plus de profits : une étude récente menée par un fournisseur de logiciels de dropshipping a montré que les grossistes qui optent pour cette option avec des portails de vente externes peuvent améliorer leur activité de 50 %, selon le secteur. ·
  • Plus pratique : la gestion de la publicité et de la vente ne fait pas partie de l’activité du grossiste, ce qui lui permet de se concentrer sur les processus complexes tels que le stockage ou la préparation des commandes.
Le marketing se trouve être, de nos jours, la clé du fonctionnement du dropshipping
Le marketing se trouve être, de nos jours, la clé du fonctionnement du dropshipping

Pour le grossiste : les inconvénients

  • Mauvaise relation client : un éventuel désaccord au cours du service apporté au client peut venir entacher la réputation du produit.

Pour le dropshipper : les avantages

  • Il n’y a ni gestion des stocks ni des commandes : il peut se consacrer entièrement au processus de vente.
  • Pas de dépenses salariales : toutes les activités logistiques seront réalisées par le grossiste qui, à l’inverse, ne participera pas à la vente directe. ·
  • Investissement moindre : l’intermédiaire devra payer un prix inférieur à la valeur marchande du produit, il y aura donc toujours une marge bénéficiaire, aussi faible soit-elle.
  • Flexibilité : le dropshipper peut facilement changer de produits ou en ajouter en fonction des tendances du marché. Le site web pourra ainsi souscrire plusieurs contrats avec différents fournisseurs afin de disposer d’un catalogue plus large.

Pour le dropshipper : les inconvénients

  • Aucun contrôle sur les expéditions : le principal inconvénient de cette nouvelle pratique commerciale est que l’intermédiaire n’a pas de contrôle sur l’expédition au client, et que le grossiste, lui, ne reçoit pas la commande du client, ce qui augmente la probabilité d’erreur dans la préparation ou la livraison du produit.
  • Faible bénéfice : en partageant le processus de commercialisation d’un produit, les deux parties voient leur marge de profit réduite en cédant une partie de l’activité à un tiers.
  • Spécialisation en marketing digital : bien que cette technique supprime presque tous les coûts logistiques, car elle n’entraîne pas de frais de personnel ou de stockage, elle exige cependant un investissement en marketing digital pour attirer la clientèle.
  • Problèmes de coordination : avoir un large éventail de produits peut jouer en votre défaveur : plus l’offre est importante, plus les stratégies de positionnement sont difficiles et plus la coordination entre le vendeur et le fournisseur est compliquée.

Comment faire du dropshipping : les clés du succès

Quelle est la stratégie à suivre par le grossiste et le dropshipper pour réussir leurs ventes ? :

  • Se positionner sur un marché de niche à forte demande
  • Accord ferme et stable entre l’intermédiaire et le grossiste
  • Investissement constant en marketing digital
  • Suivre la satisfaction du client pour s’assurer du bon déroulement du processus de vente

Avant tout, les deux partenaires doivent s’assurer qu’ils misent sur des produits demandés, pouvant être rapidement mis en ligne et, surtout, qu’ils évitent les niches de marché déjà saturées.

Après avoir soigneusement choisi les produits à vendre sur le site, l’intermédiaire doit conclure avec le grossiste un accord (à la fois méthodologique et économique) qui fixera la marge bénéficiaire qu’il obtiendra sur chaque vente et établira le processus de communication entre le détenteur de la marchandise et l’intermédiaire.

La logistique comme défi du dropshipping

Dans le dropshipping, la relation entre le dropshipper et le grossiste est fondamentale. Elle doit parfaitement fonctionner afin que les envois ne se transforment pas en retours et éviter ainsi de perdre des clients.

Si un bon investissement est primordial au dropshipper pour attirer les clients, le grossiste doit avoir un plan logistique capable de répondre aux défis de la logistique 4.0 : omnicanalité, livraison standard en 24 heures et traitement d’un plus grand nombre de références et plus petites (ce qui complique leur gestion d’entrepôt).

La solution passe par l’intégration de systèmes informatiques, tels qu’un logiciel de gestion d’entrepôt pour e-commerce. Ils permettent d’augmenter l’efficacité de l’entrepôt et, surtout, de réduire les erreurs, tant dans picking que dans la zone d’expédition, qui peuvent peser sur tout le processus de vente. Au final, c’est le grossiste qui est chargé de la logistique inverse.

L’objectif des deux parties (l’intermédiaire et le fournisseur de la marchandise) est de parvenir à un accord qui garantisse le flux logistique optimal du produit, depuis l’achat en ligne par le client jusqu’à sa réception, et ce à l’endroit et au moment qu’il aura choisi.