Définition, fonctionnement et types de cross docking

07 janvier 2019

Le cross-docking fait référence à un mode d’organisation de la préparation de commandes pour lequel les marchandises sont distribuées directement au consommateur final sans passer par une période de stockage. Qu'il s'agisse de matières premières, de produits finis, de composants destinés aux usines, aux magasins physiques ou aux clients finaux, le cross-docking s’adapte à toutes les situations.

Conformément à la stratégie du cross-docking, les marchandises ne restent que très peu de temps dans l’entrepôt après réception. De plus, comme elles ne sont pas placées sur les rayonnages, le processus de préparation de commandes n'est pas nécessaire : d’où la définition du cross-docking en anglais « traverser les quais » (cross the docks).

Voyons le rôle de cette activité logistique ainsi que les types de cross-docking les plus utilisés.

Définition du cross docking : comment fonctionnent les flux logistiques ?

Dans une gestion des approvisionnements traditionnelle, l’entrepôt représente le maillon reliant les fournisseurs (l’offre) aux consommateurs (la demande). Il s’agit d’un flux discontinu puisque l’offre et la demande ne sont pas synchronisées et que le lien qui les unit n’est autre que l’entrepôt logistique. C’est à cet endroit que les marchandises sont stockées jusqu'à ce que la demande se manifeste.

Modèle de gestion des approvisionnements traditionnelle.
Modèle de gestion des approvisionnements traditionnelle.

Cependant, les progrès réalisés par les systèmes d'information et les logiciels logistiques ont perfectionné la gestion des approvisionnements, désormais plus agile et plus intégrée. C'est dans ce contexte que le cross-docking se popularise, sa réussite dépend de la parfaite coordination de toutes les parties impliquées : fournisseurs, entrepositaires, transporteurs et clients finaux.

Afin de répondre efficacement aux exigences du cross-docking, il est nécessaire d’équiper votre entrepôt d’un logiciel de gestion d’entrepôt puissant.

Modèle de gestion des approvisionnements avec cross-docking.
Modèle de gestion des approvisionnements avec cross-docking.

Les étapes du cross-docking

Généralement, les principales étapes du processus de cross-docking sont :

1. La planification de la distribution des commandes passées aux fournisseurs.

2. La réception des marchandises.

3. L’enregistrement et l’examen de la cargaison reçue dans le cadre de la procédure de contrôle qualité.

4. Le reconditionnement, la consolidation des commandes (si nécessaire) et l'expédition des produits.

Les types de cross-docking

Le cross-docking peut être réalisé à l’aide de différentes unités de charge (palettes, cartons, kits, etc.). Il existe différentes façons d'organiser les types de cross-docking ; si nous nous en tenons aux étapes citées précédemment, nous distinguons trois catégories :

1. Le cross-docking pré-distribué

Le cross-docking pré-distribué est le modèle le plus élémentaire. Les unités de charge sont déjà préparées et organisées par le fournisseur en fonction de la demande finale. L'opération de cross-docking est par conséquent « réduite » à la réception et à l’expédition des marchandises.

2. Le cross-docking consolidé

Avec le schéma de cross-docking consolidé, les marchandises sont manipulées de manière à les ajuster aux besoins du client final. Les unités de charge reçues sont ensuite déplacées vers une zone de cross-docking ou de conditionnement, elles y sont sont examinées et adaptées en fonction de la demande.

Cette méthode nécessite de disposer les palettes en unités de charge plus petites ou à l’inverse, de diviser les marchandises en paquets individuels ou en kits de produits.

Le cross-docking consolidé nécessite de préparer des nouvelles unités de charge qui s’ajustent à la demande du client final.
Le cross-docking consolidé nécessite de préparer des nouvelles unités de charge qui s’ajustent à la demande du client final.

3. Le cross-docking hybride

Il s'agit d'un type de cross-docking plus complexe qui consiste à préparer les commandes dans la zone de conditionnement en prenant une partie des marchandises livrées par les camions et une partie de celles déjà stockées dans l’entrepôt. Dans ce cas, les marchandises réceptionnées peuvent être déplacées vers une zone de stockage temporaire au lieu de passer directement au cross-docking.

Ce type de cross-docking est plus flexible : grâce à lui il est possible de répondre à un plus grand nombre de situations mais nécessite également une coordination efficace de tous les flux logistiques.

Le cross-docking n'est pas nouveau, de nombreuses entreprises l'utilisent afin de répondre aux besoins d’une stratégie omnicanale logistique. Dans tous les cas, avant de l'ajouter à votre processus de préparation de commandes, il est important que vous connaissiez ses avantages et ses inconvénients, comme les situations dans lesquelles il sera bénéfique. Ce n'est qu'alors que vous serez en mesure d’évaluer la pertinence de ce mode d’organisation pour votre entreprise.